La Jeanne d'Arc macédonienne

Événements d' Orient

La Jeanne d'Arc macédonienne

Parmi les graves problèmes dont la solution intéresse la tranquillité de l' Europe, il faut compter, en tête, la question macédonienne, qui est bien loin d' être encore résolue, quoi que fassent les Turcs pour nous faire croire le contraire.

Les Macédoniens orthodoxes, opprimés, martyrisés par les turcs, se sont révoltés et les nations européennes ont estimé leurs griefs assez justes pour demander et ensuite imposer des réformes sérieuses au sultan.

Celui-ci les a naturellement promises, mais il mis peu de hâte à les accomplir. C' est d' ailleurs ainsi que l' on procède à Constantinople.

La révolte s' est donc accentuée; la répression est devenue plus cruelle et la Bulgarie s' est demandé si elle n' avait point intérêt à appuyer les revendications de la Macédoine, dont la religion et les intérêts sont les mêmes que les siens.

Il en est résulté des envois considérables de troupes à la frontière tant de la part de la Bulgarie que de celle de la Turquie.

Mais, à ce moment, les nations les plus intéressées, telles que le Russie et l' Autriche, ont déclaré qu' elles n' interviendraient point par les armes, ce qui a inspiré la prudence à la Bulgarie, trop faible pour entrer seule en lutte avec l' armée du sultan.

En même temps, la Sublime Porte recevait des avis énergiques des puissances et promettait de tenir tous ses engagements.

La tranquillité va-t-elle renaître enfin en Macédoine? Il est à craindre que non. Longtemps encore on s' y battra et le sang y coulera de part et d' autre. Longtemps aussi on y parlera de l' héroïsme de ces obscurs héros qui se levèrent pour l' indépendance de leur Patrie contre les horreurs de la tyrannie musulmane.

Dans la moindre chaumière on célébrera tout particulièrement les exploits d' une superbe jeune fille, Catherine Arnandouda, appelée couramment la Jeanne d' Arc macédonienne, dont le récit des exploits est sur toutes les lèvres.

Née à Newrokop, un petit village où elle gardait les chèvres, la belle Catherine prit un jour, émue des douleurs de sa Patrie, les vêtements de son frère, s' arma d' un fusil et s' enrôla parmi les braves volontaires de Doutscho.

Depuis lors, partout on vit notre héroïne au premier rang, méprisant le danger, donnant à ses frères opprimés l' exemple de la valeur et de la résistance aux fatigues.

Sa réputation devint si grande en peu de temps, qu' un nombre considérable de révolutionnaires la supplièrent de se mettre à leur tête. Elle accepta.

Et c' est ainsi que Catherine Arnandouda est devenue l' un des chefs les plus redoutés des Turcs qu' il y ai en Macédoine. La tête de la Jeanne d' Arc macédonienne a été mise à prix.

Le Petit Journal du 26 Juillet 1903 (Numéro 662)